Tahiti, un séjour au paradis

Par Céline B. pour BU


Considérée comme l'un des petits paradis de la Polynésie française, Tahiti fait rêver des milliers de voyageurs, désireux de braver les 20 heures de vol nécessaires pour se rendre dans cet endroit somptueux. Difficile de les blâmer pour ce choix tant il apparaît judicieux face à la splendeur d'un lieu fait d'eaux cristallines et d'un patrimoine inaltéré. Avant d'envisager un périple réel, en fin de crise sanitaire, découverte virtuelle des merveilles d'une île aux mille visages.



Histoire d'un lieu divin


Au Sud de l'océan Pacifique, Tahiti possède une origine volcanique. Avec 1042 km² et 192 760 habitants, elle abrite la capitale de la Polynésie française, Papeete, souvent délaissée, après un bref détour par son incontournable aéroport. À la fin du XVIIIème siècle, c'est la famille Pōmare qui domine l'île avant d'être colonisée par des missionnaires anglais. Elle est transformée par le protectorat français au milieu du XIXème siècle, puis se retrouve rattachée à une multiplicité d'archipels afin de composer la Polynésie française.


L'histoire raconte que l'épouse de Pōmare V est l'auteure du nom des deux îles, Hiti Nui et Hiti iti, signifiant « grand bord » et « petit bord ». Aujourd'hui, ces deux parties sont reliées par l'isthme de Taravao et entourées d'une barrière de corail. 70% de la collectivité y vit sous un climat tropical où les langues française et tahitienne se mélangent.



Une destination touristique flamboyante


Fortement développé, le centre-ville de Papeete témoigne d'une importante croissance économique. De l'administration à la santé en passant par l'enseignement, il recouvre tous les secteurs d'une région qui cumule également l'agriculture vivrière, la production du bois et la culture de la vanille.


Au Nord-Est de Papeete, la commune de Mahina donne aux touristes l'occasion de s'émerveiller devant la plage de la pointe Vénus où des étendues de sable noir s'offrent à des yeux ébahis. Près de l'unique phare de l'île, les voyageurs peuvent en profiter pour savourer le calme d'un paysage éblouissant aux côtés d'habitants qui s'y pressent le week-end. Le long de la côte, les trois cascades de Faarumai s'élèvent à quelques minutes de marche et exposent un point de vue saisissant dans la vallée de Vaipuu.



Les amateurs de sports nautiques sauront, quant à eux, se diriger vers Teahupoo, l'un des spots de surf les plus populaires mais aussi dangereux. Dans ce coin adoré des aventuriers passionnés, le « Billabong Pro Teahupoo », une épreuve du championnat du monde de surf, se déroule chaque année au cœur de vagues puissantes et de récifs impressionnants.


Sur la côte ouest, les jardins d'eau de Vaipahi mettent en exergue une large palette de plantes tropicales alors que les grottes de Maraa attirent des randonneurs à la recherche d'un peu de fraîcheur. En guise de dernière étape, le site archéologique du Marae Arahurahu, restauré en 1953, permet de faire le lien avec l'héritage historique de l'île jusqu'à son musée, ultime passage d'une visite dépaysante et harmonieuse.

17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout